À la recherche des pertes sous glaciaires pour anticiper un GLOF

Risque naturels et glaciospéléologie au coeur du Glacier de la Grande Motte (Tigne)

progression aquatique crue glaciaire. exploration moulin de glace

La station de Tignes mandate une étude
afin de prévoir la fonte du glacier
de la Grande Motte jusqu'en 2100

Le glacier de la Grande Motte subit les ravages du réchauffement climatique. La station de Tignes a mandaté une étude pour prévoir son évolution jusqu'en 2100 et notameent dans le cadre de l’étude du risque de crue lié à la présence d'un lac pro glaciaire en amont du glacier de la Grande Motte.

La municipalité Tignarde a souhaité investiguer la zone intra-glaciaire afin de compléter les données obtenues par ne campagne au Lidar et autres travaux scientifiques menés précédément.

Ces investigations ont été menées par l’une de nos équipes de spéléologues professionnels Sur la base des photographies satellites, le glacier est parcouru en suivant les bédières jusqu’au point d’infiltration, le moulin..

Il existe un second type de cavités glaciaire. Elles se trouvent au marge du glacier : les cavités de contact. Si elles sont plus grandes, elle s’agencent parfois en de complexes réseaux mais elles sont rares.

Les cavités sont systématiquement parcourues jusque dans les parties les plus étroites et aquatiques à la recherche de pertes au contact avec le lit rocheux. Les combinaisons étanches sont alors vitales pour progresser. Chaque cavités est alors documentés principalement par la photographie, la cartographie et la topographie. Il s'agit de replacer et de pouvoir interpréter les phénomènes à mettre en relation avec le risque pro glaciaire.

Cet ensemble de données peut alors être exploité pour affiner l'évaluation du risque de crue glaciaire (ou GLOF) sur l'activité humaine. Aucun appareil de mesures n'a été installé.

Notre mission

Lorsque le front du glacier avance ou recule, des retenues naturelles (essentiellement des moraines) peuvent se former et mener à la formation de lacs. Comme ces barrages naturels sont faits de matériaux hétérogènes avec une cohésion limitée, ils peuvent facilement se rompre, déclenchant des inondations significatives et des laves torrentielles en aval. Ces lacs glaciaires peuvent se former au front du glacier (lac proglaciaire), à la surface du glacier (lac supraglaciaire ), entre le glacier et le versant (lac de gouttière) ou à la confluence de deux glaciers (lac de confluence).

Moyens et compétences techniques

Techniques d’exploration spéléologie glaciaire

Progression sur glacier

Levé Scan 3D

Relevés topographiques

GPS différentiel (DGPS)

Techniques et gestion de progression en milieu aquatique

Traçage hydrologique

Galerie

Recherche perte glaciaire et étude glacier de Tignes (GLOF)perte-glacier-exploration-moulin-glacier-tignesperte-glaciere-descente-moulin-tignes

Liens externes

Missions similaires